Thierry Attal poursuit la tradition de la sandale sur-mesure, lancée par son père il y a plus de 30 ans dans son atelier-cordonnerie au 122 rue d’Assas à Paris. Passionné par le travail du cuir, il propose à ses clientes de choisir le cuir, le modèle, la couleur et même de graver le prénom dans la semelle. Cultivant un style qui allie technique et créativité, Thierry Attal ne cesse de se renouveler pour répondre aux envies de ses clientes parisiennes mais aussi japonaises et brésiliennes. Rencontre IMG_0173

Quelle est l’histoire de la cordonnerie ATTAL ?Mon père a ouvert en 1969. Il a commencé comme cordonnier classique, avec une formation de monteur de chaussures, donc il connaissait la chaussure profondément. Au début, il allait chercher du travail dans d’autres cordonneries qu’il livrait, et un jour une dame a amené une petite paire de sandales en cuir dans sa cordonnerie et lui a demandé de faire une copie. Il ne faisait pas ça mais a accepté de faire un modèle et l’a mis en vitrine. Une autre dame a ensuite demandé un autre modèle. Il ne s’est jamais arrêté et la sandale sur-mesure était née.Mon père a commencé à installer les sandales et créer ses propres modèles, puis a fait évoluer le travail, le choix des cuirs et les modèles au fil des années. Moi j’ai commencé  à travailler à 15 ans l’essentiel de ce que j’ai appris c’est ici dans l’atelier que je l’ai développé, car ce métier on l’apprend avec la passion et en pratiquant. On a peaufiné la fabrication tout au long des années, cherché les meilleurs cuirs, le top qualité et toujours la fabrication française. Quelle est la particularité des sandales Attal ? Le choix des cuirs est essentiel dans nos sandales. Je travaille avec des ateliers en France, comme le cuir Degermann ou un atelier dans la Drôme qui a de très belles pièces notamment des peaux de chevreaux que je sélectionne pour les sandales. Dans le cuir, on utilise plusieurs pièces, le premier cuir est la partie où l’on pose le pied directement, c’est ce qu’on appelle le « collet battu ». C’est du cuir végétal naturel très fin pour le pied. Pour les brides on utilise du veau tanné en France ; On travaille aussi avec du chevreau, ce sont des petites peaux tannées de toutes les couleurs. Je propose du sur-mesure, les clientes viennent ici et sortent les peaux, elles touchent, elles font leur mélange, je les laisse fouiller, c’est aussi le plaisir d’être dans un atelier. La personnalisation est aussi ce qui me distingue dans mon travail. On appelle ça des frappes, je les fais à la main lettre par lettre, souvent c’est le prénom, on me demande aussi parfois d’inscrire une date, récemment j’ai frappé la date de 1ère communion sur une sandale d’enfant. C’est un petit plus, la personnalisation. L’essayage sur mesure reste le plus important, c’est un service et une tradition de savoir-faire. Quelles sont les étapes de création de la sandale signée ATTAL ? C’est un travail par étape, entre savoir-faire et envie de la cliente. On commence avec des semelles en carton, je fais un essayage avec la cliente pour avoir le meilleur contour de pied. Ensuite la personne choisit son modèle, la couleur du cuir, la largeur des brides. La semelle est découpée dans le collet battu, je découpe à la main, c’est la première semelle sur laquelle on pose le pied puis je réalise la semelle dite « de marche ».   Je découpe les brides à la main, je n’ai pas d’outillage particulier, il me faut une bonne lame mais tout est fait de manière artisanale. Pour les couleurs, je découpe plus large pour pouvoir mettre un renfort, ce qui leur donne leur force.Les brides sont libres, je grave ensuite le prénom à l’intérieur, la personne vient essayer et j’ajuste bride par bride sur le pied. Je peux même déplacer un peu selon la forme du pied, les imperfections, ou ce qui désire la cliente, ce qui donne une sandale vraiment sur-mesure, unique.L’étape suivante est la couture, je fais une rainette (une petite rigole tout autour pour insérer la couture) et j’amène mes sandales chez un couseur. Pour finir, j’utilise une cire naturelle pour avoir un peu de brillance. La réalisation d’une paire est d’environ 5 jours avec les essayages et finalisation.   Comment voyez-vous évoluer votre métier ? Je suis resté sur un travail très artisanal depuis 30 ans. Dans ce métier, il y a des évolutions dans les machines, mais le savoir-faire reste celui que j’ai appris avec mon père. Ce que j’ai appris il y a 38 ans c’est toujours le même principe, le cuir est tanné de manière traditionnelle avec de l’écorce de bois, l’outillage est classique. Il n’y a pas vraiment d’évolution, c’est plutôt la continuité d’un savoir-faire technique. On a des gens qui viennent nous revoir avec des sandales 10 ans après pour faire des réparations dessus et elles sont toujours opérationnelles. La paire de sandale que vous aimez particulièrement ? Certaines clientes me demandent des mélanges de couleur, c’est incroyable, mais ce qui me plaît c’est le travail des matières. Travailler le reptile, le lézard dans des couleurs différentes c’est unique. Une tropézienne en serpent c’est magnifique. Bien sûr j’aime aussi quand c’est spartiate, un cuir simple mais de qualité, c’est très joli sur le pied.   La collaboration avec Merci  Je propose pour merci une collection de cuirs bruts, des modèles dans deux coloris noir et naturel. Sortir de l’atelier c’est assez inédit pour moi parce que je sors rarement de mon shop et du quartier. C’est étonnant car lorsque j’ai réalisé les paires et fait la personnalisation en frappant merci sur les semelles, les clientes qui passaient ont reconnu tout de suite, elles étaient contentes de voir que j’allais être chez merci. C’est un honneur.

IMG_0167 IMG_0233 IMG_0183 Sandales Attal disponible chez merci du 5 au 7 juin 2014 Possibilité de faire un marquage sur la semelle (prénom, initiale, date) sur place ou sur commande Sandales à partir de 175 euros. Pour toute commande spécifique, prévoir un délai de 5 jours ouvrable --- Cordonnerie Attal, 122 rue d’Assas, 75006 Paris --- merci 111 Boulevard Beaumarchais 75003 Paris