Du 19 janvier au 11 février 2017

Et si la quête de la perfection n’était plus de mise ? Si le zéro défaut n’était plus ce vers quoi il faut toujours tendre? Aujourd’hui, une révolution très joyeuse des comportements est en marche. On a envie de se montrer tel que l’on est, sans fard, de mettre en avant sa personnalité plutôt que son apparence et les innombrables selfies décomplexés qui défilent sur la toile en sont une preuve flagrante. Cette réaction au trop parfait s’observe dans tous les domaines. Les fruits et légumes ont le droit de ne plus être rutilants, les mauvaises herbes de pousser entre les pavés, les objets d’avoir des “accidents“… tout en ayant le même pouvoir de séduction, si ce n’est plus.

Du 19/01 au 11/02 Merci est en phase avec ce mouvement et conjugue à l’imparfait toute une série d’événements et de créations mode et maison.

L’imperfection à travers les objets. Merci, touché par les “accidents“ réels ou les défauts de production, pose un regard bienveillant sur les objets qui par chance ou malchance sont ébréchés, usés, troués, brûlés ou déchirés et démontre comment raccommodés, réparés, ravaudés grâce à la main de l’homme, ils s’offrent une nouvelle vie plus belle encore que la première. Au Japon, depuis des siècles, on élève les objets réparés au rang de trésor. Pour les céramiques, le procédé du Kintsugi est illustré ici par des kits de réparation traditionnels ou contemporains. Les fragments d'étoffe, restes de vêtements tombés en lambeaux, sont savamment assemblés pour former de fascinants tableaux textiles.

imparfait1imparfait2Ces événements viendront animer "Imparfait"

• Vendredi 20 janvier de 19h à 21h : Paola Navone proposera son dernier livre “Tham ma da”, une référence à “l’ordinaire”, “le basique” en thaïlandais (chez Pointed Leaf Press). Il retrace en images son univers, et révèle comment l’imperfection et l’hybridité ont depuis toujours été le fil conducteur de ses créations. Pour l’occasion, elle a eu l’idée de concocter une série limitée de 100 housses "collector "en textile imparfaites pour y glisser le livre.

• Du 20 au 24 janvier :  L’Atelier Maximum. Cette jeune marque parisienne crée et produit du mobilier à partir de déchets issus de l’industrie. Telles ces chaises dont la coque en plastique «abandonné» est moulée à partir d’un matériau destiné à la poubelle. Leur plastique au multiple nuances est le résultat du nettoyage d’une chaine industrielle.

Pour comprendre leur processus de fabrication, leur manière de travailler et leurs incroyables dégradés de couleur, Maximum installera une de ses machines et fabriquera des chaises sous la coupole.
 

• Les 21 et 22 janvier : Tom of Holland, tricoteur et raccommodeur passé maître en “visible mending”, réparation visible, viendra s’installer avec ses aiguilles, ses crochets et ses laines pendant quelques jours. Il travaille et raccommode tout objet tricoté, donnant ainsi une deuxième vie au produit, prolongeant ainsi son histoire. Tom of Holland maitrise l’art de rendre le vieux et l’imparfait beau et unique.

• Lundi 23 janvier de 14h30 à 19h30 : Atelier de réparation céramique à l’aide du kit « New Kintsugi ». Vous pourrez apporter des objets cassés – porcelaine, grès ou faïence – auxquels vous  tenez particulièrement,  et nous vous aiderons à leur rendre vie grâce au kit.

• Du 19 janvier au 11 février : L’atelier de réparation du futur prendra la forme d’une imprimante 3D, fabriquée par Initial, groupe Prodways, un laboratoire connu dans le monde entier pour ses systèmes d’impression très sophistiqués. Ce laboratoire scanne et réalise les pièces manquantes d'objets endommagés. Une combinaison fascinante entre techniques de pointe et artisanat.

IMPAR

 

Enregistrer