Terminé le temps où les grands couturiers dictaient la longueur d’une jupe ou la couleur de la saison. Dans un monde global et éclectique où fourmillent les croisements esthétiques et culturels, on ne sait plus vraiment qui, de la rue ou des podiums, inspire l’autre. Si les défilés restent toujours le chronomètre des saisons, tout est affaire de style aujourd’hui, du moment qu’on y met du goût. Pour honorer ces mille et une façons de revêtir la mode, Merci a choisi de décoder le vestiaire de l’été 2017 en quatre volets.

De la nonchalance chic du pyjama  

Prendre le temps, ralentir, respirer, méditer… le cocooning est devenu tellement tendance qu’il a fini par s’infiltrer dans nos vestiaires, sans culpabilité. Une victoire pour la femme active (et l’homme actif) que Merci célèbre en privilégiant des silhouettes délicates, féminines et bien dans leur peau, à l’image des pièces du label italien Forte Forte. Les matières douces et naturelles boostent notre sensorialité, comme des lins au toucher sensuel et régressif, et les coupes très « gypset » libèrent le mouvement.

Chemise manche courte rayée chez Chloé Stora ou réinterprétation du tailleur masculin chez Diega… Le pyjama chez Merci invite à pénétrer une zone de confort en privilégiant le côté « jour » au naturel, sans jamais verser dans la version littérale. Quand vient le soir, blouses et pantalons satinés invitent à une nonchalance un brin « femme fatale »... l’heure du sommeil n’a pas encore sonné.

pyjama

Du bon usage des seventies

Orange pop, chocolat, jaune soleil, rose bonbon, la palette de couleurs seventies fait son grand retour pour l’été 2017. Tandis que Prada, Miu Miu, ou encore Michael Kors rendent hommage au flower power et aux rayures 70, Merci célèbre les robes et cabas fleuris authentiques, des jeans vintage bruts Levis et une allure de dandy rétro avec des vestes en prince de galles beige, noir et marron Barena, la marque emblématique du luxe vénitien. Sans oublier les chemises en soie fluide moutarde du label belge Bellerose ou l’iconique maxi-robe hippie déclinée en orange et fleurie signée Roseanna.

seventies

Du choix de la bonne combi

Cela n’aura échappé à personne, la combinaison est sans aucun doute la pièce phare de la saison. Modulant son approche, façon workwear en denim, garagiste en coton épais ou soirée cool en satin fluide, la combi chez Merci s’adapte à tous les corps et se porte en toutes occasions. On la verra déclinée dans une version ceinturée safari ethnique en coton et lin beige chez Isabel Marant Etoile ou habillée d’un imprimé ikat chez Fabric, la toute jeune marque de Gabrielle Lefèvre, qui défend une mode au savoir-faire de qualité et une production responsable en collaboration avec des artisans indiens et népalais.  

combi

Du pouvoir de la fine rayure

Il y a des motifs complices qui autorisent tous les scénarios. La rayure fait partie de ceux-là, comme on l’a vu sur les défilés printemps-été 2017. Posée sur des tailleurs oversized Lanvin, en diagonales optiques sur des blouses Balenciaga ou en imprimé all over sur une silhouette Chanel, elle retrouve une élégance décontractée à l’esprit bohème chez Merci avec des pièces poids plumes en coton, invitant à l’insouciance et au voyage avec des teintes douces sur un caftan Xirena à l’allure médina chic. Les lignes s’allongent et se diluent dans les bleus et ocres de l’océan sur une robe liquette Sœur, tandis que sur une robe longue Roseanna, les croisements horizontaux et verticaux créent un effet néo-romantique.

 rayures